3 conseils en or pour impressionner un recruteur !

Écrit par : Lina Chraka et  Anaïs Photo de profil  Anaïs Flouquet Temps de lecture  Temps de lecture : 6 minutes

Félicitations futur King ! Tu viens de décrocher un entretien pour le job de tes rêves.

Tu te demandes alors certainement, comment te préparer au mieux pour faire bonne impression et décrocher ce poste que tu attendais tant ? Ça tombe bien, tu es au bon endroit.

Sache que tout est possible à qui s’en donne les moyens !

Dans ce qui suit, je vais te donner 3 conseils en or pour impressionner le recruteur tout en te valorisant au mieux, même si tu débutes et que tu n’as pas encore d’expériences, oui !

Conseil #1 : connais l’entreprise et le poste sur le bout des doigts

C’est indispensable pour démontrer son intérêt et son implication au recruteur.

Pour cela, trois références indispensables :

  • Le site web de l’entreprise : tu y trouveras son histoire, ses valeurs, des détails sur son activité, mais aussi ses chiffres et statistiques, son organigramme, le nom de ses cadres, etc.
  • L’offre d’emploi : pour connaître ce que l’entreprise cherche, et pourquoi vous êtes là, dans l’entretien.
  • Les réseaux sociaux : où l’entreprise est présente (Linkedin, Facebook, Youtube, etc…). C’est là que se trouve généralement son actualité. Sois bien informé et exploite cela lors de l’entretien, c’est un des points qui impressionne le plus les recruteurs.

Conseil #2 : connais tes forces et tes faiblesses

Il est important d’avoir conscience de ses forces et faiblesses avant de passer un entretien.

Un entretien se prépare à l’avance, et meilleure est ta préparation, plus fortes sont tes chances d’être sélectionné(e).

Connaître tes forces d’avance te permettra de les tourner à ton avantage, d’orienter l’entretien vers les sujets que tu aimes et que tu maîtrises, et « fuir » intelligemment les sujets que tu maîtrises le moins, ou les préparer davantage.

Les connaissances, c’est un point parmi d’autres, mais tes points forts ou faibles peuvent être dans ton attitude, tes facultés d’argumenter, de persuader, de gérer le stress lors de l’entretien, etc.

Connais-toi toi-même, tu aborderas l’entretien plus fort et plus confiant, même avec quelques faiblesses.

Voici quelques astuces qui te permettront d’identifier tes points forts et tes points faibles :

 

  • Identifie ce qui est facile et difficile pour toi: nous avons tous des prédispositions naturelles, des compétences innées qui nous permettent de réaliser un certain nombre de tâches beaucoup mieux que la majorité des personnes de notre entourage professionnel et personnel. Ce sont nos points forts.

Pour les identifier, pose-toi la question suivante : « Qu’est-ce qui me paraît facile et en même temps qui paraît difficile pour les autres ? ». En y répondant, tu trouveras tes points forts.

Tu peux également te poser la question « Qu’est-ce qui me paraît difficile, mais que la plupart des personnes que je connais font facilement ? ». En y répondant, tu trouveras ainsi tes points faibles.

 

  • Pense à ce que tu aimes faire et à ce que tu détestes. Il est fort probable que parmi les activités que tu privilégies, résident tes points de force. Alors que dans les tâches que tu n’apprécies pas, on retrouve souvent celles pour lesquelles tes compétences sont en dessous de la moyenne.

Cela peut être par exemple la rédaction de rapports, l’analyse de données, le travail sur un type de logiciels, parler aux clients au téléphone ou encore parler en public.

 

  • Demande conseil à ton entourage. Il est parfois difficile d’être en mesure d’identifier tout seul ses qualités et ses défauts ou ses forces et faiblesses. C’est dans ces cas, que les opinions bienveillantes des autres peuvent nous apporter une aide précieuse. Adresse-toi à des personnes expertes, compétentes et sincères. 
 

Pour résumé, il faut toujours accroître ses forces et travailler sur ses faiblesses !

Conseil #3 : exploite la puissance du langage non-verbal

Selon la théorie d’Albert Mehrabian, psychologue et professeur de psychologie à l’université de Californie, quand on communique, 93% du message est transmis par le non verbal (intonation de la voix, expressions du visage et langage corporel).

Une théorie largement relayée par les experts en communication et de prise de parole en public. 

Même si cette théorie est aujourd’hui contestée par les prôneurs du contenu et du fond, ce qui n’est pas totalement faux, cela ne réduit aucunement l’importance du langage non-verbal en communication interpersonnelle.

Le langage non-verbal doit soutenir le message que tu souhaites transmettre, le renforcer et veiller à ce qu’il atteigne la cible ! 

En entretien, ta voix, tes expressions faciales et tes postures sont importantes et formeront l’impression qu’aura le recruteur sur vous.

Pour optimiser ton langage non-verbal face au recruteur, voici quelques conseils :

  • Souris ! On ne le dira jamais assez. Il n’y a pas mieux pour montrer sa décontraction et véhiculer une image positive de soi.
 
  • Évite les signes d’anxiété. On peut être un peu stressé et c’est normal, mais il ne faut pas que ça dépasse un certain seuil. Les recruteurs préfèrent les candidats sereins et confiants car cela est nécessaire pour exercer des fonctions où il y’a contact avec les tiers (clients et fournisseurs), mais aussi pour s’intégrer rapidement dans l’entreprise. Sois décontracté, respire bien, lentement, et relativise ! Ce n’est qu’un entretien, aucune raison de « paniquer ».
 
  • Contrôle le ton de ta voix et ton débit, c’est essentiel. Un débit trop rapide peut être signe de stress, et ne permettra pas au recruteur de bien comprendre ton message. Il lui donnera aussi l’impression que tu es pressé. Ne sois pas étonné s’il clôture ton entretien rapidement dans ce cas ! De même, un débit trop lent et monotone est ennuyeux. Trouve le bon rythme, posé et enthousiaste. Varie aussi le ton parfois en cours d’entretien, toujours pour soutenir le message verbal que tu communiques.
 
  • Soigne ta posture si tu veux renvoyer une image de quelqu’un qui a envie d’être là, qui est ouvert à la discussion, qui est assuré et motivé. Dos droit, regard bien maitrisé et pas de signes de fermeture comme les bras croisés par exemple.
 
  • Enfin, ne refoule pas tes émotions et sois naturel. Le surfait se sent, et ça te fatiguera émotionnellement en plus. N’oublie pas aussi que tu vises d’être embauché et d’intégrer l’entreprise. Alors présente-toi à ton recruteur comme tu es vraiment. Avec ta vraie personnalité.
 

On aime tous les gens « vrais ». Et autant savoir dès le départ si ta personnalité est appréciée par le recruteur et correspond à ce qu’il recherche.

Utilise ces conseils pour travailler ton langage non-verbal et laisser une bonne impression en entretien.

Bonus : prouve que tu es vraiment motivé !

Dire au recruteur que tu es motivé pour le poste ne suffit pas. Il faut le démontrer dès l’entretien, et c’est l’un des éléments les plus importants à travailler pour impressionner lors de ton entretien.

Quand le recruteur parle, il faut le regarder avec intérêt. N’hésite pas à prendre des notes quand il mentionne des points « importants ». Ton écoute doit être active. Pose des questions sur le poste, l’entreprise, la carrière. Cela montrera ton intérêt et ta motivation.

Interagir avec le recruteur est aussi un signe de motivation. Mais, faites attention, ne lui coupez pas la parole, bien sûr. N’en fais pas trop.

Tu n’as pas été retenu suite à un entretien ? Je t’invite à lire cet article pour comprendre les raisons pour lesquelles tu n’as pas été retenu en entretien. 

Je t’invite à lire aussi : 5 secrets des meilleurs candidats qui réussissent en entretien.

Voilà futur King ! J’espère que ces conseils te seront utiles. Travaille bien ces points et n’hésite pas à nous contacter en cas de besoin 😉 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *